template/Entete-Linares1200V2.png

 

LE MOT DU MAJOR

 

 Ce lien mystérieux et invisible !

Chacun connaît la devise de l'Union Nationale des Combattants :
"Unis comme au front ! "
Cette association doit son existence à Clemenceau, connu pour son athéisme et même son anticléricarisme et au père Brottier, héros de la Grande Guerre et fondateur des Orphelins apprentis d'Auteuil.
Mais pour parvenir à une telle alliance du sabre et du goupillon, il fallait que les souffrances endurées durant quatre années de guerre fussent gigantesques pour les Poilus !

Dary major
Général d’armée (2S) Bruno DARY
Président de la Saint-Cyrienne
Major de la promotion Linares

 

Or, pour notre promotion, comme d’ailleurs pour la plupart de nos contemporains et contemporaines, on ne peut pas comparer ce qu’ont enduré nos anciens de 14 à ce que nous avons vécu, même si, paraît-il, nous sommes « sortis de l’enfer » (1) ...

Pourtant, les prémices de notre amitié née pour la plupart en Corniche, les deux années intenses à la Spéciale, sans oublier l’année d’application, ont créé un lien à la fois unique, invisible, mystérieux et fort au sein de la Linares !

Il est unique car il s’est créé avec la personnalité de chacun, avec nos deux années de vie commune, avec les heures heureuses et parfois douloureuses et avec cet état d’esprit de « chevaliers de la mitraillette » (2), à la fois rebelles à la hiérarchie et avides de commander mais fondamentalement fidèles à notre idéal de service du pays !

Il est invisible car personne n’en parle et il ne fait pas parler de lui. Il ne se traduit pas en manifestations de grande ampleur, en activités retentissantes ou en déclarations fracassantes ! 

Mais il est mystérieux car il est toujours présent et fortement ancré dans nos cœurs. Il suffit que nous nous croisions à l’autre bout du monde, que l’un de nous ait besoin d’aide ou qu’un autre nous quitte avant l’heure et une poignée de p’tits cos se regroupe pour répondre à l’appel ! 

Et 45 ans plus tard, ce lien reste toujours aussi fort car il n’a pas vieilli ; il a mûri et s’est peut-être même renforcé avec l’âge. Nos parcours ont été différents, variés, originaux pour certains, brefs pour d’autres. Mais quand nous nous retrouvons ensemble, notre regard reste le même, pétillant et fraternel.

Il n’y a objectivement aucune raison pour que cet état d’esprit change !

      Bruno DARY

(1) La tradition veut que nous, les saint-cyriens, soyons « sortis de l’enfer » au moment du Pékin de bahut (sortie de l’École).
(2) Surnom attribué à la Promotion par le commandement de l’École, en forme de dérision.